Actualité

Les cinq principaux avantages d'embaucher un expatrié, par F. Ruesche (SK 1994), directeur général de la filiale Volvo Construction Equipment en Corée

18 avril 2019

"Après avoir travaillé et vécu en Asie pendant 16 ans, je peux vous dire que j'ai souvent été confronté aux mêmes questions : « Pourquoi avons-nous besoin d'un expatrié pour ce poste ? Qu'est-ce qu'un français, un américain ou un indien peut bien venir faire en Chine, en Corée ou en Suède ? » Et j'ai très souvent entendu, sous le ton de la confidence amicale, ce commentaire avisé : « Tu sais, dans ce pays, les choses sont un peu différentes... », ce qui signifie en réalité : « Tu ne comprends pas la culture locale. Ici, nous avons une méthode de travail bien à nous. » Je ne vais pas m'attarder à parler du fardeau financier qu'implique la venue d'un expatrié, ni de la tendance à défavoriser le développement des talents locaux. Je vais simplement réfléchir sur la manière dont les dirigeants non natifs peuvent contribuer à la réussite d'une entreprise implantée à l'étranger, très loin de chez eux..."

1. Ils sont dynamiques : les expatriés doivent faire forte impression, ils doivent changer la donne. Ils sont envoyés pour des missions de courte durée (trois à cinq ans). Les expatriés sont motivés à réaliser des performances élevées et des améliorations concrètes. Ils doivent endosser le rôle d'un responsable débordant d'énergie, capable de faire face à n'importe quel défi. Ils sont envoyés pour faire la différence notamment lorsque les structures locales semblent tourner au ralenti, lorsque les salariés ont besoin d'être revitalisés, boostés ou tout simplement lorsque l'entreprise a besoin d'innover. Embaucher un expatrié a un coût élevé. Vous comprendrez donc qu'ils ne sont pas envoyés à l'autre bout du monde pour effectuer un travail routinier. On attend beaucoup d'eux et ils sont d'ailleurs soumis à une grande pression pour obtenir des résultats satisfaisants. Ils ont une réelle mission à accomplir !

2. Ils regardent moins le passé et sont plus tournés vers l'avenir. Le nouveau venu n'est pas responsable des succès ou des échecs du passé. En revanche, il est responsable des futurs résultats. Il est envoyé pour comprendre, analyser et améliorer l'entreprise. Il sera plus objectif dans sa prise de décisions et moins réticent à l'idée d'effectuer des changements. Comprendre l'héritage commercial d'une organisation locale est une première étape essentielle et cela nécessite d'être curieux et à l'écoute. Mais rester trop attaché à cet héritage pourrait faire obstacle au changement. Ils ont une mission à accomplir : ils se doivent de réaliser des résultats à la hauteur des espérances... Des résultats qui seront d'ailleurs examinés attentivement. Leur prochaine initiative ne sera donc pas sans risque. L'échec n'est pas envisageable.

3. Ils ont un réseau précieux. Les expatriés ont souvent travaillé au siège de l'entreprise ou dans divers endroits et secteurs au sein du groupe. Ils connaissent les principaux acteurs susceptibles de pouvoir aider et soutenir l'organisation locale. En tant que premier partisan et ambassadeur de l'organisation locale, les expatriés introduisent plus de transparence et également une certaine confiance entre le siège et l'organisation locale. Cela est particulièrement important lorsque les temps sont durs ou quand, par exemple, des investissements sur le long terme ou des changements drastiques doivent être entrepris.

4. Ils ne parlent pas la langue du pays. C'est ce que l'on appelle « l'effet langue étrangère » (d'après un article de psychologie provenant de l'Université de Chicago). Avoir recours à une langue étrangère permet de diminuer les biais décisionnels. Quatre expériences montrent que l'effet de cadrage (framing effect) disparaît lorsque les choix sont présentés dans une langue étrangère. En effet, lorsque les choix étaient présentés dans leur langue maternelle, les individus avaient une aversion au risque pour les gains et une attirance au risque pour les pertes. Ils n'ont, en revanche, pas été influencés par cet effet lors du recours à une langue étrangère. On pense que cela est dû au fait qu'une langue étrangère apporte une plus grande distance cognitive et émotionnelle qu'une langue maternelle. En d'autres termes, il pourrait être utile de partager une même langue étrangère comme l'anglais (sommaire) par exemple, pour mieux se focaliser sur le contenu du message plutôt que sur les mots à proprement parler. D'après mon expérience (celle d'un français qui utilise l'anglais au travail), je trouve que parler une même langue étrangère peut également aider à créer une culture d'entreprise commune. Nous avons tous, d'une certaine manière, nos origines et nos cultures autochtones mais cette langue étrangère est aussi notre maison commune en quelque sorte.

5. Ce sont des agents du changement, ils apportent un regard nouveau sur les choses. En effet, il est toujours plus facile de sortir des sentiers battus lorsque l'on n'appartient pas à l'entreprise. Challenger le statu quo devient une seconde nature lorsque l'on est confronté à de nouveaux marchés, à différents business modèles, différentes cultures d'entreprise et différents comportements sociaux. Les expatriés doivent rester sincères et curieux. Bien plus que « penser global, agir local », l'expatrié a la lourde tâche de devoir relier les cultures et les meilleurs pratiques, de les adapter à la vision et aux objectifs de l'entreprise, et de conduire l'organisation locale vers l'adoption d'une nouvelle vision, un nouveau voyage ancré dans la culture locale.

Malgré toutes les controverses que l’on peut entendre sur l’embauche d’un expatrié (qu’il soit bon, mauvais ou désagréable), le critère universel restera toujours la valeur actionnariale et la performance. Alors si vous vous demandez si vous avez besoin d'un expatrié ou non dans votre entreprise, je vous conseille de penser à tout ce que nous venons de dire et d'évaluer à quel point il est important d'investir dans un candidat hautement qualifié et de voir s'il ou elle en vaut la peine. Dans bien des cas, c'est une décision difficile à prendre mais si vous sentez qu'embaucher un expatrié peut vous être plus bénéfique qu'autre chose, alors n'attendez plus, faites-lui connaître vos attentes et apportez-lui votre soutien. Vous ne le regretterez peut-être pas.

Frederic Ruesche (SK 1994)

 

L'article original a été posté sur LinkedIn le 18 mars 2019

Partager