Actualités

Interview

Libei Wan (SK 2002) « Ma formation à SKEMA a changé ma façon de penser »

21 juillet 2020

Libei Wan, se confie à SKEMA Alumni sur sa carrière entre la Chine (son pays natal) et la France depuis l’obtention de son diplôme à SKEMA.

           

Présentez-vous-en quelques mots...

Je suis d’origine chinoise et imprégnée de la culture française depuis longtemps. J’ai fait des études avec la langue et la littérature françaises. Professeur de français à l’université, j'ai poursuivi mes études d’école de commerce en France. Pendant plus de 14 ans, j'ai travaillé dans le domaine du consulting, spécialisé dans l’accompagnement et le coaching des PME/PMI françaises pour leur implantation et développement en Chine. Puis, je suis venue m’installer en France en 2016.

 

Quel a été votre parcours à SKEMA et est-ce que cela vous a aidé à orienter votre parcours professionnel ?

J’ai passé le concours international d’admission aux Grandes Ecoles en 2000, et je suis rentrée à l'époque au CERAM à Sophia-Antipolis, qui est ensuite devenu SKEMA. J’ai suivi le programme Master in Management dans le cadre du PGE. Les études en master ont changé complètement l’orientation de mon parcours professionnel : de la littérature vers le management.

 

Après votre diplôme à SKEMA, qu’avez-vous fait et parallèlement, qu’est-ce qui vous a poussé à partir travailler à l’étranger ?

Retourner travailler en Chine était mon objectif depuis toujours. Non seulement parce que la Chine est mon pays natal, mais aussi parce que le pays est sur une voie rapide de développement, avec beaucoup plus d’opportunités. En outre, l’ambiance de travail est très dynamique. Les jeunes diplômés sont très stimulés et réalisent plus facilement leurs rêves.

 

Comment décrirez-vous la culture de votre pays (la Chine), et la culture d’entreprise comparées à celles de la France ?

Sur la différence culturelle entre la Chine et la France, il y a beaucoup à dire. Dans le domaine professionnel, de très grandes différences existent entre les entreprises d’état et les entreprise privées en Chine. Les entreprises chinoises évoluent tellement vite que nous ne pouvons pas comparer simplement les entreprises chinoises et françaises sur quelques aspects, c’est beaucoup plus profond.

Je vous donne quelques exemples par rapport à ce que j’ai constaté :

Dans les années 2002-2003, quand je suis rentrée en Chine, je cherchais un travail dans le marketing, toutes les entreprises m’ont répondu qu’il n’y avait pas de notion de marketing en Chine, cette remarque n’a plus cours aujourd'hui.

Dans le domaine de l’industrie et des services, la qualité et l’organisation dans les entreprises chinoises ont énormément progressé alors que dans les entreprises françaises c’est plutôt le contraire.

Pour résumer, quand on parle de la culture d’entreprise chinoise, on n’est pas sur quelque chose de figé, puisqu’elle a de multiple facettes, elle évolue constamment et rapidement. Alors que les entreprises françaises sont plus stabilisées et conservatrices mais ce n'est que mon point de vue par rapport à mon expérience.

 

Votre formation en France a-t-elle eu un impact sur votre carrière ?

Absolument ! Mes formations en marketing et en gestion d’entreprise ont changé ma façon de penser, les outils d’analyse et les concepts généraux que j’ai acquis m’ont permis de m’adapter à de nombreuses situations.

 

Pouvez-vous nous décrire l’entreprise dans laquelle vous travaillez actuellement ainsi que votre poste ?

J’ai actuellement une double casquette, d’une part, je suis fondatrice de l’Académie Interculturelle Ruban Bleu, d’autre part j’ai créé une micro entreprise dans le cadre de mes activités d’expert judiciaire auprès de la cour d’appel.

 

Pouvez-vous nous parler de l’Académie Interculturelle Ruban Bleu, l’association que vous avez créée en 2017 ?

L’Académie Interculturel Ruban Bleu est une association loi 1901 qui a pour objectif de promouvoir et favoriser les échanges interculturels internationaux, développer des actions artistiques, culturelles et éducatives franco-chinoises en France et en Chine. Nous intervenons dans les domaines de la production/coproduction, des représentations, ateliers, stages, expositions, voyages, colloques, séjours artistiques, journées d’études, etc. 

Cette structure associative a pour vocation la mise en place et la tenue d’événements qui nécessitent de nombreux déplacement entre les deux pays.

 

Est-ce que la crise du Covid-19 a ou a eu un impact sur votre activité/quotidien/vie ? 

La Chine est le premier pays a avoir été touché par le Covid-19, aujourd’hui elle sort progressivement de cette crise sanitaire et économique, les entreprises ont quasiment toutes redémarré, les activités commerciales ont repris petit à petit, et la société rentre doucement dans l’ordre.

Nos activités professionnelles sont gravement touchées par cette crise, car elles sont basées sur les échanges internationaux. Depuis le début de l’année 2020, la Chine a arrêté tout business et maintenant c’est au tour de l’Europe. Nous avions plusieurs expositions, forums, séjours et visites programmés en Chine et en France pour cette année, tout a été reporté ou annulé, nous avons dû annuler les réservations et modifier les programmes. Pour l’instant, tous nos partenaires attendent une amélioration de la situation, nous réfléchissons ensemble à la diversification et l’élargissement de nos activités.

 

En quoi SKEMA et le réseau vous ont aidé (ou pourraient vous aider) à vous développer et réaliser vos projets ?

Depuis que je me suis installée en France, j’ai plus de contacts avec SKEMA Alumni, j’ai participé à plusieurs événements organisés pour les diplômés. J'ai pu retrouver des anciens camarades de promo, et cela m'a permis de mieux connaître l’évolution de la situation en France. Les discussions avec les membres du réseau m’ont inspiré dans ma réflexion sur le développement de nouvelles activités.

 

Quelles sont vos ambitions pour le futur ?

Honnêtement, j’avais beaucoup d’ambitions avant la crise du Covid-19, mais depuis plusieurs mois, tous ces bouleversements me poussent à réfléchir, à revoir mes projets et à réorganiser ma vie. Je pense que c’est aussi le cas pour beaucoup de personnes. Notre faculté à nous projeter dans le futur est même directement liée à notre capacité à nous remémorer les événements passés. Je préfère parler de l’ambition après cette période.

 

Contact : Libei Wan (SK 2002), Directrice & Senior Associate Consultant et fondatrice de l’Académie Interculturel Ruban Bleu

 

Partager