Actualité

Marc Jourdan-Gassin (SK 1984) : « Une expatriation au Brésil pour relever des défis professionnels »

24 janvier 2020

Responsable du développement en Amérique Latine de Firmenich, numéro 2 mondial de création de fragrances et d’arômes, Marc Jourdan-Gassin revient sur son expérience à l'international et sa capacité à relever des défis professionnels sur un continent rongé par les crises.

Vous avez vécu plusieurs expatriations, en Suisse, aux Etats-Unis et aujourd’hui au Brésil, pourquoi avez-vous choisi cette voie de l’expatriation ?
J'ai intégré Firmenich en 1995 avec comme condition d'avoir la possibilité d'être envoyé à l'étranger après avoir fait mes armes, et c'est effectivement ce qui s'est passé. Après trois ans de commercial pour L'Oréal, où j'ai aimé travailler, j'ai ressenti le besoin de me challenger. C'est à ce moment-là que j'ai décidé de me rapprocher du développement et de la création de parfum en devenant Évaluateur et en travaillant directement avec les Parfumeurs. Aujourd’hui, je cumule 17 ans de travail à l’étranger sur mes 27 années chez Firmenich.

 

Cela ne fut pas trop compliqué de concilier cette décision avec votre vie de famille ?
A l'époque, mes enfants étaient encore jeunes, j'ai aussi eu envie qu'ils profitent de cette chance de pouvoir vivre à l'étranger et faire l'expérience de la diversité. Si on veut réussir son expatriation, il est indispensable que toute la famille soit d'accord et curieuse d’une telle opportunité. C'est une expérience de construction familiale, ce n'est pas facile de déraciner une famille, de demander à son épouse de quitter son emploi. Mais si tout le monde est sur la même longueur d'onde, vous ne le regrettez pas !

 

Vous êtes aujourd’hui vice-président parfumerie fine pour l’Amérique Latine chez Firmenich, en quoi consiste votre métier au quotidien ?
Cela fait bientôt sept ans que je suis installé au Brésil, une volonté pour notre société de montrer l’attention particulière que nous souhaitions apporter à cette région. Au sein de l'entreprise, je suis en charge de développer le segment Parfumerie fine pour l’ensemble de l’Amérique latine et je gère à la fois les équipes commerciales, de création, de marketing et de consumer insight. 

 

Comment se porte le marché de la parfumerie au Brésil et en Amérique latine, alors que la région est secouée par différentes crises ? 
Je suis arrivé en 2013 au Brésil, année qui a marqué le début d’une des plus profondes crises économiques et politiques des 70 dernières années, d’abord au Brésil mais qui a ensuite gagné l’ensemble de l’Amérique latine et qui malheureusement perdure. Outre le fait de devoir compenser une érosion extrêmement forte dans tous les pays et la fermeture totale du marché du Venezuela, l’effondrement du marché argentin ou la faillite de certains clients, mon action s’est concentrée principalement sur les acteurs locaux. Ils ont su profiter du retour en grâce des marques locales bénéficiant d’un capital confiance élevé chez les consommateurs mais avec une équation économique plus favorable que celle des marques internationales. Aujourd’hui, le marché du parfum est atone. L’Amérique latine conserve pourtant un des plus importants potentiels de consommation avec 600 millions de consommateurs qui n’ont pas encore accès au parfum mais qui culturellement sont très réceptifs. Le Brésil est même aujourd’hui le second marché mondial. 

 

Vous avez été diplômé SKEMA promotion 1984, gardez-vous des liens avec l'école ?
Je souhaiterais en avoir plus et je vais… J’ai revu Jean-Philippe Courtois, le Président du conseil d’administration de SKEMA, qui est très actif. Nous avons parlé de dynamiser la cellule brésilienne avec le campus de belo Horizonte, ce que j’attends avec impatience. Une chose est sûre, j'ai envie de m'investir pour parler de mon expérience, de ma carrière internationale et de contribuer à élargir le réseau SKEMA ici.

 

Contact : Marc Jourdan-Gassin (SK 1984), Vice President Perfumery Latin America

Propos recueillis par lepetitjournal.com pour SKEMA Alumni

Partager