Actualité

Maxime Buhler et Samuel Carré (Sk 2017) : complètements Poké !

12 août 2019

Maxime Buhler et Samuel Carré (deux copains de la promo SK 2017 Digital Marketing), co-fondateurs de Pokawa, leader du Poké Bowl en France, se retrouvent en moins de deux ans à la tête de 15 restaurants et d'un CA de 15 millions d'euros et 150 employés.

Présentation et conseils d’une start-up pimentée !

 

Le Poké (du hawaïen po.ke, signifiant "morceau" ou "couper") est un des plats principaux de la cuisine traditionnelle hawaïenne. Il est composé de poisson cru coupé en dés, servi comme entrée ou en plat principal. Les pokés de POKAWA riment avec la tendance du manger-sain et bon. Ils sont composés d’ingrédients frais, fait-maison et remplis de vitamines.

 

Quel background faut-il pour se lancer dans une telle aventure ?

Nous nous sommes rencontrés à SKEMA en première année. Depuis nous avons suivi le même cursus, de Lille à Suzhou, puis une césure et notre dernière année en apprentissage à Paris entre septembre 2016 et juillet 2017.

Les cours de notre spécialité Digital Marketing nous ont aidé dans le choix de la stratégie digitale de notre marque. Dès le début nous avons beaucoup misé sur le digital et notamment les réseaux sociaux. C'est en faisant appel aux influenceuses que nous avons réussi à avoir nos premiers clients.

L’idée du poké s’est révélée à nous lors d’un road trip en Amérique latine au milieu de nos études. Fans de surf, nous avions l'habitude de visiter les meilleurs spots de surf de la côte Pacifique et c'est à Mancora au Pérou que nous avons découvert ce qu'était un poké. Une fois revenu à Paris nous avons décidé de faire coursier à vélo pour financer la fin de nos études et notre projet de restaurant. Cette expérience nous a permis de comprendre qu'il y avait une énorme demande pour la nourriture « saine » en livraison. Cela nous a conforté dans l'idée de tester notre concept.

Samuel été déjà à l’origine d’une marque de chaussure, sous forme de crowdshipping, gérée via Instagram, puis il a eu une expérience à la BNP en cash management. Par ma part, j'ai intégré la Start-up Stuart, spécialisée dans la livraison à vélo, via une application. Nous avions envie d’entreprendre ensemble et à notre image ! Nous avons l'esprit entrepreneurial depuis toujours et adorons relever les challenges. Cela nous anime au quotidien et nous pousse à continuer à ouvrir des restaurants tous les mois !

 

Le réseau a t il été important pour se lancer et se développer ?

SKEMA nous a beaucoup apporté tant dans l'ouverture d'esprit, avec notre semestre en Chine par exemple, qu'au niveau du réseau. Les personnes clés depuis le début de l’aventure Pokawa sont toutes issues de notre promo (comptabilité, finance…) et j’ai aussi rencontré mon associé Samuel sur les bancs de l’école. Nous avons choisi au début de recruter un maximum de Skémiens pour nos restaurants parce que nous étions certains de leurs compétences et le fait d'avoir fait la même école les impliquait davantage dans le projet. Nous n'avons jamais été déçus par l’équipe, c'est pourquoi nous voulons renforcer nos recrutements grâce au réseau des diplômés de SKEMA Business School.

 

Vous pourriez faire appel au réseau pour... ? 

Le recrutement ! C'est un vrai sujet chez nous puisque nous sommes en hyper croissance avec une moyenne d'un nouveau restaurant par mois. Nous sommes conscients des ressources nécessaires pour accompagner cette croissance. Il est difficile de trouver de bons éléments et nous souhaitons confier les fonctions clés de Pokawa à des Skémiens.
Nous sommes également à la recherche de financement pour nous développer à l'international.

 

Parlez-nous de votre Business model ?

La gestion : nous avons depuis le début voulu minimiser les dépenses, on se demandait à chaque euro dépensé s'il allait nous permettre d'en gagner plus.

Les emplacements : notre concept ne nécessite pas d'extraction (pas de cuisson) ce qui nous a permis de signer des locaux bien moins cher. Nos emplacements sont principalement des 1 bis : cela ne nous pose pas de problème puisque 60% de notre CA est généré grâce aux livraisons.

Les ouvertures : nos barakawas sont ouvertes 7/7 tous les jours de l'année, rendant facile l'accès aux produits Pokawa

La livraison : ce levier nous a permis de développer notre CA de manière exponentielle et rapidement.

Les ressources humaines : nous avons choisi de mettre volontairement tous nos shops en léger sous-effectif de façon à optimiser au maximum le rendement de chacun.

La production centralisée : nous avons profité d'importantes économies d'échelles grâce à notre système de production via un labo déporté en banlieue. Nous pouvions ainsi prendre des locaux plus petit et moins coûteux.

Les réseaux sociaux : notre marque est forte sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram où dès le début nous avons parié sur les influenceurs pour nous faire connaitre.

 

Et donc forcément, vos projets de développement sont nombreux ?

En 2019 : la province à fond avec 20 unités hors franchise avant la fin de l'année ; le lancement des premières franchises ; l'ouverture dans les centres commerciaux, notamment Val d’Europe et Euralille.

En 2020 : l'international : nous avons déjà signé en Belgique, Angleterre, Luxembourg, Suisse, Espagne et Dubaï.

Lancement d'une nouvelle marque proposant des produits locaux et bio !

 

En savoir plus : http://www.pokawa.com/
Les points livraisons : https://www.pokawa.com/zone-de-livraison/
Les job offers sont dispos ici : https://www.pokawa.com/recrutement-2/



[VU DANS LA PRESSE]

Hypercroissance : les conseils de Pokawa pour tenir dans la durée (source : Les Échos)
Pokawa a posé ses valises à Aix-en-Provence pour son premier restaurant dans le sud (source : la Provence)
Franchise restauration : quels sont les plats préférés des Français ? (source : Toute la Franchise)
Quoi de neuf côté produits et chaînes (source : Snacking)
15 barakawas pour Pokawa (source : L’Hôtellerie Restauration)

Partager