Actualités

Interview

Laurène Jullien (SKEMA 2007) : « 9 ans en Asie, cela apprend l'agilité et force l'adaptation »

14 décembre 2020

Laurène Jullien (SKEMA 2007), 38 ans et maman de 3 enfants a eu l’opportunité de travailler pendant 9 ans en Asie, 2 ans à Shenzhen et 7 ans à Hong Kong. Cette passionnée d’Asie et de voyages en général nous raconte son expérience à l’international et son changement de carrière.

Pouvez-vous revenir sur votre parcours académique et votre expérience à SKEMA Business School ?

Après avoir décroché mon diplôme de BTS Action Commercial en 2002, j’ai étudié 1 an en Australie. Cette première expérience a été déterminante et a fait naitre mon souhait de travailler à l’étranger. A mon retour, j’ai intégré un Master Management de Projets sur le campus SKEMA Lille. J’ai choisi SKEMA pour plusieurs raisons :  d’une part car les entretiens et le service d'accueil réservé aux élèves lors des concours m’avaient laissé un excellent souvenir, d’autre part, car SKEMA était une école performante avec des ambitions de développement international. Mes années à Lille ont été riches en rencontres notamment grâce aux associations étudiantes. Mon parcours à SKEMA m’a aussi permis de découvrir d’autres pays : stage en Thaïlande, voyage en Asie et Amérique du Sud pendant l’année de césure.

 

Quels choix ont guidé votre carrière vers l’international (Shenzhen en Chine, puis Hong Kong) ?

J’ai intégré le groupe TCL Communication à Paris après y avoir effectué mon stage de césure. Puis après trois ans dans l’équipe Marketing Europe, on m’a proposé de rejoindre le siège du Groupe à Shenzhen. Très intéressée par ce nouveau challenge et cette possibilité d’une nouvelle expérience à l’étranger, j’ai saisi l’opportunité. J’étais, par ailleurs, très enthousiaste à l’idée de partir vivre en Asie. Car c'est une région du monde particulièrement dynamique avec beaucoup d’opportunités professionnelles.  Mais aussi car c’est une manière de sortir de sa zone de confort et de se confronter à d’autres cultures, aussi bien sur le plan professionnel que personnel. C’est passionnant de pouvoir travailler et vivre avec des gens de cultures différentes : cela apprend l’agilité et force l’adaptation et l’ouverture d’esprit. Si j’ai un conseil à donner aux étudiants, c’est de ne pas minimiser les choix de vos stages particulièrement en césure.  Les expériences lors de vos stages peuvent être un vrai tremplin pour une carrière internationale.

  

Vous avez exercé de nombreux métiers au sein de TCL puis LVMH, pouvez-vous nous expliquer les opportunités qui se sont présentées à vous ?

Effectivement, j’ai travaillé pendant 11 ans en consumer electronics (TCL Communication) sur des postes régionaux puis globaux qui m’ont permis d’acquérir une expérience d’abord opérationnelle/ marchés puis globale/ stratégique. Après ces années sur des problématiques B2B, j’ai ressenti le besoin de sortir de ma zone de confort, de développer mon expertise en B2C/Retail. Il n’était pas forcément évident après autant d’années dans le même secteur, de changer radicalement de carrière pour s’orienter vers le Retail. Mais grâce a une bonne dose de motivation, de networking et le dynamisme de l’Asie, j’ai pu rejoindre le groupe LVMH et travailler pour les marques cosmétiques Givenchy et Kenzo en tant que Marketing Manager Export Asie Pacifique.

Votre expérience asiatique a-t-elle changé votre façon de travailler, de vivre ?

Oui, c’est certain. J’aime travailler dans un environnement multiculturel qui pousse l’individu à s’adapter, à être agile et curieux. J’affectionne particulièrement l’Asie car c'est une région, pleine de surprise, qui bouillonne et ou les cultures, l’histoire et la gastronomie sont très variées. Il y a une sorte d’énergie permanente que ce soit à Hong Kong, Bangkok ou encore Ho Chi Minh… la vie ne s’arrête jamais. 

Vous êtes restée en contact avec SKEMA et vos camarades de promo ?

Oui, bien sûr ! Je suis toujours en contact proche avec mes amis de promo SKEMA, et suis également connectée avec les Alumni SKEMA Hong Kong…

 

Que peut vous apporter le réseau aujourd’hui ?

A vrai dire, lorsque l’on est étudiant, on ne mesure pas réellement la puissance du réseau. Mais c’est un ‘outil’ essentiel pour échanger, s’informer et partager ses expériences – cela peut être clairement un tremplin pour de nouvelles opportunités professionnelles.

 

ContactLaurène Jullien 

 

Partager