Actualité

Parole d'expert : Jacques d'Anchald (SKEMA 1970), coach et up-placeur®

09 juin 2016

 Vas vers toi
Provoc’, pro-vocation et réalisme


LA FIN DU CV : ENTERRE-LE PROFONDEMENT ET NE LE DETERRE QUE POUR LE PARTAGER AVEC LES QUELQUES INTERLOCUTEURS QUI LE MERITENT !

Voilà une bonne nouvelle pour tous ceux qui sont désespérés par la distribution effrénée de leurs CV, qui l’ont trituré dans tous les sens et en pure perte, l’esprit saturé par les avis multiples, souvent contradictoires et parfois obscurs des experts en recherche d'emploi.

Trouver ou créer un nouveau job, c'est une belle opportunité de progrès décisifs pour le reste de ta vie professionnelle !

Les cadres seniors ne réalisent pas ou n’acceptent pas que personne ne viendra frapper à leur porte en quête de l’homme providentiel. Et qu’il leur revient, à eux seuls, de prendre leur vie professionnelle en mains autrement. Ce phénomène n'est pas (contrairement à la pensée commune) un drame, bien au contraire ! Il est l'opportunité naturelle et logique d’une nouvelle mise en route vers une nouvelle étape de sa vie professionnelle. Les mécanismes en sont simplement différents.

Le business, c'est un échange dans lequel chaque partenaire doit mériter l'autre.
Si tu dois et veux te ré-inclure dans le monde du travail, je t'encourage avant toute chose à admettre le fait qu'une multitude d'entrepreneurs, partenaires ou clients ont besoin de tes talents (je ne parle pas ici de compétences). Il te sera tout aussi déterminant d’accepter le fait que ta vie sera meilleure si tu vas à leur rencontre plutôt que d'attendre qu'ils viennent te chercher.
Tu as le choix entre coller au statut, à la posture du demandeur d'emploi ou te libérer à travers la dynamique de l’offreur de service : rester statique et figé… ou être en mouvement.
Tu as vocation à co-créer ton job, soit dans une entreprise, soit en tant que créateur de ton entreprise, seul ou en association.
Guéris-toi de ce qui te pousse à chercher un "poste"; conditionne-toi pour entrer en "mission".

Communiquer une offre de services t'évitera d'être soumis aux diktats des DRH ou des cabinets. Vas directement présenter ton offre aux décideurs. Finis les entretiens de recrutement et place aux échanges de business au cours desquelles naît la collaboration, celle qui produit.
J'ai trop souvent entendu dire : « je ne sais pas me vendre ». A cette complainte, je réponds invariablement et inlassablement : « ça tombe bien, car tu n'es pas à vendre, tu n'es pas un produit. Par contre, on va regarder ce que tu as à vendre : c'est ce que j'appelle ton offre de services ».
N'étant pas "à vendre", tu n'auras plus le problème de "te vendre" puisque tu vendras ton offre.
-> Un demandeur d'emploi se noie dans le flot de ces innombrables versions de CV, une pour chacune de ces cases dans lesquelles il s'imagine pouvoir rentrer.
-> L’offreur de service se concentre lui sur les cibles qu'il a identifiées et qui correspondent à son offre.
Lequel des deux est crédible, inspire confiance et donne envie ? Avec lequel des deux l’opérationnel aura-t-il envie d’échanger et peut-être demain, de créer ?

Identifie tout d’abord ton patrimoine à valoriser :
- Toi, ta personne, qui tu es et qui tu deviens, tes talents, ton énergie et ton goût de bien faire, ce pour quoi tu es fait
- Ton expérience, ton histoire avec ses réussites et ses échecs
- Ton réseau de relations

- Ton système de communication que tu vas encore améliorer

La pointe
déterminante de la démarche d'offre de services est la formalisation, l’édition de l'offre. Elle doit tenir sur un A4 et être sexy. Ce n’est pas facile à réaliser tout seul : je t’invite à trouver un/une accoucheur/euse.


Le fondement de la démarche, c'est valoriser et activer ton réseau de relations qui constitue une partie essentielle de ton patrimoine. Echanger de l'information et de l'enthousiasme avec les gens avec lesquels tu as envie de réaliser du produit, du service, de la vente et tout le reste…
Il m'est fréquemment arrivé d'entendre dire : « je n'ai pas de réseau ».
A quoi je réponds : « tu as un réseau mais tu ne sais pas comment le valoriser ! ». Je te propose d'apprendre à prendre soin de cette valeur, de cette partie de ton patrimoine que tu as peut être plus ou moins négligée jusqu'à présent. Cette acquisition de savoir-faire te servira pour le reste de ta vie professionnelle.

L'énergie de la démarche, c'est la communication centrée sur la personne et non sur le problème.
Ainsi, au cours de cette campagne de communication autour de ton offre, je t'entraînerai à la communication centrée sur la personne, un avantage concurrentiel décisif, d'abord pour créer / façonner ton prochain job, ensuite pour le réussir et pour toutes les futures étapes de ta vie professionnelle.

Nous poursuivrons cet entrainement au cours du démarrage de ta mission, ce qui nous permettra d'augmenter considérablement les chances de prise de la greffe dans ton nouveau job.

Et savoir qu'on peut s'appuyer sur un entraineur de haut niveau, ça donne une super pêche !

Jacques d'Anchald, SKEMA 70

Biographie :
20 années de management à dominante commerciale.
Pour libérer les mouvements je reconnecte la tête, le cœur et les tripesj'ai accompagné individuellement et en groupe des centaines de cadres et de dirigeants.
J’ai écrit un livre en 2009 : Travail et emploi, Le Bon Sens.
Par vision de la qualité et de l'efficacité des relations humaines, j’ai co-inventé la communication centrée sur la personne et pas sur le problème.
J’ai lancé l'outplacement dans le Nord en 83, puis par compréhension du marché du travail, j’ai créé l'Up-placement®, une méthode mise en œuvre depuis 20 ans qui transforme les demandeurs d’emploi en offreurs de service.
J’ai de même créé le séminaire en mouvement : conçu, financé, construit et lancé un yacht de séminaires sur la Seine, ainsi que des lieux pour y vivre bien et faciliter les échanges (création notamment d’un domaine de 4ha, le Domaine de La Borde pour y accueillir des séminaires).
J’inspire et transmets le gout de la liberté à mes 14 petits-enfants.

Partager