Actualités

Evénements

« Du salariat à l'entrepreneuriat, pour quoi ? », Table-Ronde Club Entrepreneurs à Lille

28 février 2020

A Lille, le 28 janvier 2020, 3 diplômés SKEMA ont partagé leurs expériences d’entrepreneurs lors d’une soirée du Club Entrepreneurs.

Accueillis au magnifique nouveau Mama Shelter, ils ont partagé leurs expériences du passage du salariat à la création de leur entreprise. Ils ont, ensuite, répondu aux questions du public.

Un cocktail post-événement a été l’occasion de faire des rencontres, de débattre à nouveau, de partager les expériences et d’échanger quelques cartes de visite.

SKEMA Alumni en a profité pour interroger les pitcheurs sur leurs parcours d’entrepreneurs :

 

 
Xavier Gendron (SK 1995), fondateur de BeWe, solutions de transformation digitale pour une entreprise connectée.

Pourquoi avoir choisi de quitter le salariat ?

Après un licenciement, un ami m’a fait découvrir Euratech (un incubateur et accélérateur de startups) qui m’a amené à réfléchir à l'opportunité de créer ma société. En 2012, il y avait presque tout à faire concernant le collaboratif en entreprise, dans le cadre de la transformation annoncée vers le digital. De plus, après 15 ans de salariat dans des postes tels que Chef des ventes, Directeur régional dans le commercial, management / RH, gestion… j’avais envie d'autre chose, d'un nouveau challenge. Peut-être que la crise de la quarantaine m’a un peu aidé à relever ce challenge : m'installer à mon compte.

Qu’est-ce qui vous motive dans l’entrepreneuriat ?

J’avais envie d'être mon propre patron, de ne plus avoir à rendre des comptes, de gérer mon agenda et mes objectifs. Même si, soyons honnêtes, nous ne sommes jamais totalement "libres" en réalité : actionnaires / banquiers / responsabilité VS collaborateurs et clients par exemple.

Pari réussi ?

Complètement ! Je le referai sans hésiter et je n'imagine pas redevenir un jour « salarié ».

Quelles ont été les difficultés auxquelles vous ne vous attendiez pas ?

Les délais plus importants que prévus pour trouver des financements.

Quels conseils partageriez-vous avec nos diplômés ?

Il faut être patient car tout est plus long, plus lent que prévu. Les financements sont le NERF de la GUERRE : bien se financer et ne pas se mettre dans le rouge ! Il faut impérativement assurer ses arrières. Et surtout ne pas hésiter à se lancer, si vous en avez envie !

SKEMA et entrepreneuriat, un mix réussi ?

Oui, absolument : la formation SKEMA et le réseau des diplômés ont été sans aucun doute des accélérateurs dans mon projet entrepreneurial.

Si vous managiez dans votre entreprise auparavant, est-ce différent de manager en tant qu’entrepreneur dans sa propre structure ?

Pas si différent mais la position de chef d'entreprise, a fortiori créateur, est différente même d'une place de directeur général en entreprise car on a également la responsabilité du financement et de la pérennité de l'entreprise.

Quelles sont vos attentes vis-à-vis du réseau des diplômés ? Comment peut-on vous aider ? Avez-vous gardé un lien avec le réseau ?

Continuer à venir assister au Club Entrepreneurs 😊

 

 
Justine Thiriez-Rebold (SK 2011), créatrice de la boutique SLOWMOD, ex-directrice associée de l'agence web LEMON INTERACTIVE.

Pourquoi avoir choisi de quitter le salariat ?

J’ai quitté mon entreprise car j’ai eu besoin de créer le projet Slowmod. Cela m’a permis de proposer une solution afin de mieux consommer la mode de façon économiquement accessible à toutes les familles et de travailler sur le sujet de l’upcycling et sur la seconde main en profondeur. J’avais aussi besoin de mener un projet en lien avec la solidarité et l’aide sociale qu’une entreprise peut apporter. 

Qu’est-ce qui vous motive dans l’entrepreneuriat ?

J’ai encore du mal à l’expliquer car j’étais passionnée par le digital et très engagée au sein de mon entreprise, cependant, cela a été plus fort que tout. Ce n’est pas l’entrepreneuriat qui m’a motivé, c’est le projet qui m’a motivé !

Pari réussi ?

Oui ! Je suis épanouie dans mon quotidien, j’ai réussi à trouver un équilibre de vie pro-perso et l’aspect financier est - pour l’instant - à l’équilibre.

Quelles ont été les difficultés auxquelles vous ne vous attendiez pas ?

Je suis passée d’un métier dans lequel j’étais peu debout à un métier moins statique et la fatigue physique a été compliquée à gérer au départ, j’étais habituée à la fatigue psychologique de mon ancien métier, avec Slowmod, c’était autre chose, et, sans le corps, rien ne fonctionne ! Cela m’a permis de travailler sur le lien corps-esprit là où avant c’était uniquement la tête qui dirigeait :)

Quels conseils partageriez-vous à nos diplômés ?

  • Partager au maximum son projet avant même qu’il sorte, ne pas avoir peur du coté confidentiel des choses, car c’est en partageant que l’on rencontre d’autres personnes et que l’on affine son projet.
  • S’ajouter des temps de respiration (sport, balade, ou autre...) dans l’agenda et les figer : ne pas les décaler !
  • Suivre son intuition, fonctionner au feeling pour les échanges professionnels avec les fournisseurs notamment, se faire confiance.
  • Écrire sa mission d’entreprise : cela permet, dans les moments de doute, de se demander si l’on est en phase avec ce que l’on a écrit.
  • S’entourer, rencontrer, de pas rester seul dans son projet :)
  • Tester ! Se lancer et essayer, ne pas attendre d’avoir « tout » parfaitement pensé, lâcher prise avec la « perfection » que l’on aime tant rechercher (sans l’atteindre :)) Tester permet de savoir rapidement ce qui fonctionne ou non et donc, de vite réagir/ajuster.

SKEMA et entrepreneuriat, un mix réussi ?

Oui ! J’ai fait le Master management de projet, cette formation m’a permis de structurer ma démarche par la suite et m’a aussi aidé à anticiper/prévoir, faire des plans de charge etc. J’ai pu développer une certaine logique/mécanique d’esprit. Et la gestion de projet en groupe et dans le rush permet d’apprendre à gérer la pression :)

Si vous managiez dans votre entreprise auparavant, est-ce différent de manager en tant qu’entrepreneur dans sa propre structure ?

Pour moi cela n’a pas vraiment changé, la seule chose peut-être : la rapidité du process. Quand vous êtes en entreprise, il y a des décisions collégiales, qui, peuvent prendre du temps, là pour le coup, ça va vite puisque je suis toute seule pour décider :)

Quelles sont vos attentes vis-à-vis du réseau des diplômés SKEMA ? Comment peut-on vous aider ? Avez-vous gardé un lien avec le réseau ?

Le réseau aide déjà beaucoup, rien qu’avec cette invitation à « pitcher », c’est un super exercice ! En terme d’aide, j’aimerais échanger avec d’autres personnes ayant plusieurs magasins/un réseau de franchises pour discuter de l’expansion.

 


Géry Lesaffre
(SK 1987), repreneur et dirigeant de PICTO Lille

Pourquoi avoir choisi de quitter le salariat ?

Une réelle envie d’entreprendre depuis longtemps combinée à une situation professionnelle qui ne me donnait plus satisfaction.

Qu’est-ce qui vous motive dans l’entrepreneuriat ?

Ce qui me motive c’est l’envie de mieux maîtriser mon destin pour les prochaines années.

Pari réussi ?

Oui, pari pleinement réussi !

Quels conseils partageriez-vous à nos diplômés ?

Il faut trouver la cible / l’entreprise à reprendre. La concurrence est rude dans ce domaine car il y a bien plus de repreneurs potentiels que de sociétés à reprendre d’une façon indépendante. Et se faire bien accompagner par des personnes compétentes lors du processus de rachat.

Si vous managiez dans votre entreprise auparavant, est-ce différent de manager en tant qu’entrepreneur dans sa propre structure ?

Oui assurément, mais c’est plus lié à une adaptation de management en fonction de la taille, du type de personnes ou encore du rôle de la personne. 

Quelles sont vos attentes vis-à-vis du réseau des diplômés ? Comment peut-on vous aider ? Avez-vous gardé un lien avec le réseau ?

C’est grâce au réseau que j’ai gagné du temps pour identifier les bons contacts pour trouver une entreprise à reprendre. D’une façon générale le réseau permet d’identifier plus rapidement les personnes avec la bonne expertise ou le bon réseau pour réaliser votre projet.

 

Bravo à nos ambassadeurs (Marie-Aude Tran et Xavier Gendron) pour l'animation du Club et à tous les entrepreneurs du réseau SKEMA Alumni pour leur énergie, leur détermination et leurs retours inspirants !


Rendez-vous le 26 mai 2020 pour la prochaine session de pitchs ! Rapprochez-vous d'Audrey Touyon, notre coordinatrice réseau/événement à Lille si vous souhaitez pitcher !

Galerie photos


Voir l'album complet


Partager