Actualités

Interview

« Un esprit libéré » : interview de Nawel Alaoui (SK 2014)

28 février 2020

Changer de vie, de pays, de métier, faire le tour du monde, réinventer sa vie… voici les différentes étapes traversées par Nawel Alaoui (SK 2014). Histoire qu’elle raconte dans son livre « Le Monde Tourne Rond » (publié en 2019 aux éditions du Nombre 7). Nawel a bien voulu répondre à nos questions sur ses aventures entrepreneuriales et personnelles depuis sa sortie de SKEMA. 

 

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours en quelques mots ?

A ma sortie de SKEMA, j’ai été embauchée dans un grand cabinet de conseil parisien. J’y ai travaillé 3 ans jusqu’à devenir senior sur des problématiques de systèmes d’information RH chez plusieurs clients dont de grosses entreprises françaises. Mais malgré les promotions, l’évolution de carrière, je n’étais pas heureuse dans cette vie et j’ai donc décidé de tout quitter pour faire un tour du monde !
Je vends tout, je laisse mon appartement parisien, il me reste un sac à dos et je pars seule faire plusieurs pays dont l’Amérique latine, l’Australie et une partie de l’Europe. Pendant ce voyage, je remets en question ma vision et mon rapport au travail. Lors de mes pérégrinations, j'ai rencontré des profils différents et atypiques qui comme moi ont tout quitté. J'ai découvert des personnes travaillant une partie de l’année et voyageant l’autre partie, des digital nomads, etc.
Quand je suis revenue sur Paris un an après, je suis complètement transformée. Je décide donc d’inventer mon propre job. Je me lance en freelance comme chef de projet dans mon domaine de prédilection : les systèmes d’informations. Je commence à travailler remotely pour mes clients. Je peux ainsi continuer à voyager tout en travaillant. Cette nouvelle façon de travailler fonctionne très bien. J’acquiers de nouvelles compétences comme développer des applications, des sites web. J’apprends le webmarketing, la présence en ligne, le SEO je déploie un panel de compétences digitales et je me diversifie. Après plusieurs mois de voyages, je décide de me poser à Barcelone où j’ai créé une association de freelance autour des métiers du web qui s’appelle Rocket Agency. A travers cette agence, je choisis d’aider des entrepreneurs, des petites structures et je commence à me réconcilier avec le sens au travail. Forte de toutes ces expériences, je décide d’écrire dans un blog-livre sur le sujet « tout quitter et réinventer sa vie ». Blog qui par la suite deviendra le livre que j’ai publié à l'été 2019 « Le monde tourne rond », aux éditions du Nombre 7. 

 

Qu’est-ce qui vous a amenée à décider de changer de vie ?

Le déclencheur est certainement venu alors que je travaillais en cabinet de conseil lors d’une mission dans une institution publique. Un jour pendant le déjeuner, j’ose poser la question à mes collègues sur le sens de notre travail. Et après un étonnement général, les langues se sont déliées et tout le monde disait qu’il n’y a pas de passion, pas d’envie, qu’ils travaillaient que pour l’argent et la reconnaissance sociale et que clairement s’ils avaient trouvé leurs voies ils ne seraient pas là. Je décide donc de poster cette même question sur le groupe facebook Entraide SKEMA et là, je fais le buzz : je me retrouve avec 2000 réactions de personnes qui ressentent la même chose. Je suis interpellée et me dis qu’il y a un problème de fond générationnel. Je décide donc d’aller plus loin et de piloter ce projet à travers un blog, qui deviendra le livre, tout en décidant de tout quitter pour faire le tour du monde. 

Dans notre société actuelle, quand on est bon élève, le chemin est tout tracé. Après le bac, on rentre dans une grande école. Diplôme en poche, on intègre une grande entreprise comme cadre et pendant tout ce laps de temps on ne se pose pas vraiment de questions. Mais un jour en prenant du recul et en se posant la question « quand j’étais gamin, à quoi rêvais-je ?  La réponse est rarement    « rester assis derrière un ordi devant un tableau Excel dans un bureau à la Défense ». Et là, on prend une grosse claque. C’est là où la question « donner du sens » apparaît et plusieurs interrogations surgissent : comment je veux vivre ? J’aime la montagne ou la ville ? Est-ce que j’aime me déplacer ? De quel type de personnes je désire m’entourer ? Sur quels genres de compétences je veux évoluer ? Comment je souhaite me former ? Toutes ces questions, nous ne prenons pas le temps de se les poser avant. 

 

Vous venez d’écrire un livre, « Le Monde tourne rond » sorti cet été. Quelle est la genèse de ce projet ? Et de quoi parle-t-il ?

Le livre est venu de l’envie de « piloter » ma propre évolution dans cette aventure de changement de vie, je me suis prise comme cobaye : comment je change ? comment ma vision du monde évolue ? comment je fais face aux difficultés d’un entrepreneur ? Le but du livre c’est de répondre modestement, avec des solutions et des modèles différents, aux questions que peuvent se poser les personnes dans une situation d’apparente réussite sociale mais qui ne sont pas heureux. La question est souvent la même : « j’ai tout fait correctement mais je ne me sens pas hyper épanoui(e). Qu’est-ce qui cloche chez moi ? ». Je souhaite à travers ce livre apporter des éléments de réponse et aider des personnes qui sont dans cette situation. Ce livre peut leur ouvrir la vision des possibles, de leur faire découvrir qu'il peut exister autre chose. 

 

Comment avez-vous écrit ce livre ? Quel a été le process ? Et qu’est-ce que les voyages vous ont apporté ?

Pendant mes voyages, il y a eu des phases marquantes où j’avais cette conscience que des changements s'effectuaient en moi et que cela valait le coup (selon moi) d’expliquer le processus, d'exposer les expériences qui ont fait qu’aujourd’hui je suis différente d’hier. Il y a eu d’importantes phases dans mon aventure entrepreneuriale, des déclics qui m’ont permis de franchir un plafond. Chaque fois, j’avais ce sentiment de passer un cap, de changer ma vision du monde et je me disais que c’était le moment d’écrire et de retracer avant d’oublier ce qui c’était passé en moi pour pouvoir le transmettre à travers des aventures, des expériences, etc. Le but était de me prendre comme cobaye : « je veux réinventer ma vie; je vais commencer de zéro : qu’est-ce qui se passe ? à quelles difficultés je vais faire face ? comment ma vision du monde va évoluer ? quels impacts cela va avoir sur ma vie ? quels genres de rencontres vont avoir un impact sur moi ? quelles lectures ? quelles aventures ? » 

Je voulais piloter toutes les difficultés, les manières de les outrepasser à travers ce processus d’écriture et le retracer au fur et à mesure. Le blog m’a permis de faire cela. Le livre qui en a découlé, c’est une autre logique de travail car il y a des personnes, une histoire, du suspens, une intrigue et pour cela je me suis fait aider par une coache en écriture. Elle m’a aidé pour faire un plan qui respecte les différents prérequis d’un bon livre. On a travaillé sur la profondeur des personnages pour leur donner vie et de la matière. Rapidement, on s’est retrouvés avec quelques pages assez denses, j’y ai rajouté différents passages que j’avais écrits et j’en ai rajouté d’autres. Cela m’a pris 2 mois pleins pour écrire ce livre.

Les voyages ont alimenté l’écriture de mon livre, car dans un quotidien qui se ressemble l’inspiration manque surtout quand la vie devient « rentrer chez soi le soir vidé et avoir l’impression que les villes sont peuplées de zombies ». On se coupe de notre rapport au corps, de notre rapport aux émotions, pourtant c’est la matière de l’écrivain. Quand on vit des choses, on ressent des choses; quand on est dans l’émerveillement, dans la découverte, on voit vraiment le monde, on s’étonne devant lui, on est intrigué, on s’en inspire, on ressent tout un tas de choses, cela donne une richesse, une matière incroyable pour écrire. 

 

Vous êtes également entrepreneure. Pouvez-vous nous en dire plus ? 

Cette année, l’objectif est de me concentrer sur le livre et sa promotion. J’aimerais aussi créer un programme d’accompagnement et d’aide pour les personnes qui se retrouvent dans cette situation. Mon objectif serait de devenir écrivain/conférencière. Je vais participer à des salons du livre et je participerai aussi à une conférence TedX à Mulhouse « Le puzzle du bonheur » le 18 avril 2020. J’y exposerai une méthode pour venir préciser ce qui cloche dans une vie sociale valorisée avec malgré tout un manque de sens et un mal être présent. Souvent, les personnes qui vivent cette situation ne comprennent pas ce qui se passe et j’aimerais progressivement arriver à leur matérialiser un nouveau modèle de vie. 

 

Le réseau est-il important pour vous ? Vous a-t-il servi ?

Dans mon parcours professionnel, à chaque fois que j’ai demandé des conseils par rapport à un stage, un emploi, une entreprise... j’ai toujours eu des taux de réponses élevés via SKEMA. Quand je suis arrivée à Barcelone, j’ai tout de suite contactée le club alumni SKEMA Barcelone qui était en suspens, j’ai donc repris par intérim le flambeau et cela c’est super bien passé, les personnes ont été réactives. Il y a un esprit famille SKEMA qui fait que dès qu’il y a quelques skémiens dans une ville, on ne se sent pas seul(e), on sait qu’on va pouvoir démarrer une nouvelle vie sociale grâce au réseau. Dans mon entreprise, le réseau m’a aussi aidé à trouver des stagiaires chaque fois que j’en avais besoin. Et surtout, ce message sur le groupe Entraide qui a fait le buzz et qui a vraiment joué le rôle de déclencheur pour le blog/livre.

 

Quels sont vos projets ou vos rêves aujourd’hui ?

Je souhaiterais développer un programme d’accompagnement pour les personnes qui veulent changer de vie du tout au tout : changer de pays, de métiers, etc. Dans les périodes de changement, c’est là où on est le plus éprouvé, que l'on a le plus de croyances limitantes qui interviennent, de peurs, etc. 

J’aimerais aussi mettre à profit toutes les compétences que j’ai pu développer au travers de Rocket Agency pour lancer ma marque de cosmétiques bio Namur. Mon objectif est de réserver un pourcentage du CA à des projets environnementaux.

Réussir tout en donnant du sens à ses projets, voilà tout ce que l'on peut souhaiter à Nawel !


Contact
 : Nawel Alaoui (SK 2014)

Social Media & IT Warrior / Co-founder at Rocket Agency.co / Writer 

 

Vous aidez à (re)trouver du sens et à vous épanouir dans votre carrière, c’est la mission du service Carrière SKEMA Alumni ! Retrouvez toutes les informations sur nos services ici et contactez-nous pour plus d’informations.

 

Partager